Contre l’érosion dunaire

Un travail remarquable a été accompli par une équipe de bénévoles, soucieuse de préserver ce patrimoine qu’est la dune: la pose de fascine côté mer, face aux vents dominants d’ouest pour contenir au mieux le sable et la destruction d’un très fragile cordon dunaire.

Depuis quelques décades l’érosion du cordon dunaire, barrière naturelle entre le littoral et la mer, s’est accentuée, entre autres par une pression humaine de plus en plus forte qui provoque affaissements de dunes et déplacements de sable. Depuis les tempêtes de 2015, des chantiers de restauration dunaire ont été entrepris. Jeudi 18 février, sous l’imulsion de la municipalité et la participation du SyMEL (Syndicat mixte des espaces naturels) A.Hanok accompagné de son collègue du SyMEL côté Est, Ch.Lecomte, de l’employé communal F.Montigny et de bénévoles et responsables d’associations, M.Cornière, M.Enault, J.L.Mairet, A.Thuillot et A.Lepiez, un chantier de restauration dunaire faisait suite à une première opération en mai 2015, qui a montré l’efficacité de ces fascines pour arrêter le sable. Le 5 janvier, 22 élèves du lycée agricole de Vire, en 1ère année de Bac Pro gestion des milieux naturels et de la faune sont venus faire des fagots de branchages sur le terrain du Conservatoire du littoral entre Bretteville et Saint-Germain. A.Hanok a expliqué le but de ce chantier en montrant comment disposer les fagots pour ralentir l’effet du vent transportant le sable au ras du sol et qui s’accumule dès que celui-ci chute. Les oyats, roseaux des sables ou « milgreu » pour les locaux, ces plantes vivaces croissant dans les terrains sablonneux fixaient le sable, aujourd’hui arrachés ils ne peuvent plus jouer ce rôle que les fagots de branchages jouent remarquablement.

Source : Presse de la Manche