Histoire

Sommaire

Étymologie du nom 

Bretteville est un type toponymique très répandu en Normandie (c’est le nom de 9 communes, de plusieurs autres anciennes communes ou paroisses, et de nombreux hameaux). Il correspond à une formation médiévale brete vil(l)e, « domaine rural ou village breton », faisant généralement allusion à une implantation humaine originaire de Grande-Bretagne correspondant à la colonisation anglo-scandinave de la Normandie aux 10e et 11e siècles. François de Beaurepaire [1] fait en outre remarquer que la répartition géographique des Bretteville normands correspond à celles des toponymes scandinaves dans cette région.

L’ancien français bret (féminin brete) « breton, de Bretagne » est un adjectif issu du gallo-roman °BRITTU [23], reposant lui-même sur le radical des substantifs latins Britannus et Brito ou Britto « habitant de (Grande-) Bretagne », puis plus tardivement « habitant de la Bretagne armoricaine » à la suite de l’établissement d’une partie de ce peuple en Armorique (c’est de ce dernier que procède le français Breton). Le radical Brit(t)- est également à l’origine de Britannia, tardivement Brittania > Bretagne. Son étymologie ultime est controversée et incertaine. Pour l’élément ville, voir l’article correspondant.

Le type Bretteville apparaît également dans la Manche dans le nom de la commune de Bretteville ou Bretteville-en-Saire, ainsi que dans celui de deux hameaux à Geffosses et Saussey et d’un manoir à Sortosville, lui-même issu d’un transfert de nom de fief.

On notera enfin que l’existence de la commune de Bretteville ou Bretteville-en-Saire dans le canton de Tourlaville, ainsi que des autres Bretteville normands, a nécessité assez tôt l’adjonction d’un déterminant pour identifier le toponyme sans ambiguïté : l’agglomération est ainsi appelée Bretteville-en-Bauptois dès le 13e siècle. Quant au nom de Bretteville-sur-Ay, il apparaît au 17e siècle et fait allusion à la rivière d’Ay qui a également donné son nom à Angoville-sur-Ay et Saint-Germain-sur-Ay. Il à noter cependant que cette rivière ne passe ni Bretteville, qui est arrosée par la Douve, ni à Angoville, traversée par la Brosse, mais coule nettement plus au sud. On peut s’interroger sur la motivation de l’emploi du déterminant -sur-Ay dans ces deux cas. Sans doute s’agit-il d’une formation analogique de Saint-Germain-sur-Ay, connu sous ce nom depuis le 12e siècle, et dont l’extrémité du territoire est effleurée par l’embouchure de l’Ay; mais la raison d’être même de cette extension analogique semble difficile à déterminer. (source Wikimanche)

Retour au haut de la page


Eglise Saint Martin (XIIIe siècle)

Cette église du XIIIe siècle abrite des statues et des vitraux, dont deux statues d’un saint évêque et de saint Gilles classées à titre d’objets aux Monuments historiques.

Plan église
Plan église

 

  • Les vitraux
  • Les statues
  • Les tableaux

 

 

 

 

 

 

Retour au haut de la page


Les guides rouges

Extrait de la 53e edition des Guides Rouges (fin des années 50)


Retour au haut de la page

Presse

Journal « La Voix de nos clochers »

Le bulletin Paroissial de Bretteville-sur-Ay et Saint-Germain-sur-Ay s’appelait « La Voix de nos clochers », voici les extraits des éditions de 1935 à 1941.

Merci à Patricia pour ses « trouvailles » et son travail d’archéologue des archives.

Article de journal 1932

Promotion de la plage de Rochemont, avec le style journalistique de l’époque.


Retour au haut de la page

cartes postales

Carte Bretteville-sur-Ay (1A) Carte Bretteville-sur-Ay (2B)
Retour au haut de la page

Laisser un commentaire