Pas d’alliances le temps de l’Euro de char à voile

La compétition n’a pas commencé que les pilotes de chars à voile se tirent déjà la bourre à Bretteville-sur-Ay. Cet Euro, qui se déroule jusqu’au 30 septembre, est l’occasion de revoir ses amis rencontrés sur le circuit. Morgane Floc’h profite du soleil et du vent fort sur le site du championnat…

Pendant l’Euro de char à voile, on fait abstraction de l’extérieur. C’est le cas de Morgane et Cédric Floc’h. Mariés, ils s’affrontent cette semaine, à Bretteville-sur-Ay.

La compétition n’a pas commencé que les pilotes de chars à voile se tirent déjà la bourre à Bretteville-sur-Ay. Cet Euro, qui se déroule jusqu’au 30 septembre, est l’occasion de revoir ses amis rencontrés sur le circuit.

 

Morgane Floc’h profite du soleil et du vent fort sur le site du championnat d’Europe. Double championne du monde, la Bretonne de 29 ans s’élancera, dès ce dimanche, pour sa première manche. Son mari, Cédric, ne sera pas au bord du circuit, mais dans la course, avec la ferme intention de la battre. « Vingt pilotes peuvent passer devant lui, ça lui plaît moins quand c’est sa femme », confie-t-elle en riant. C’est la particularité des Floc’h. Originaire de Plouescat (Finistère), le couple concourt ensemble quand viennent les grandes échéances.

Avec un beau palmarès chacun, les deux visent le podium. En individuel d’abord, même si le bonheur de l’un fait forcément le malheur de l’autre. « Pendant la course, on enlève nos alliances », confirme Cédric, 33 ans. « Cédric fait une bonne saison, il est actuellement vice-champion de France. De mon côté, je n’ai pas participé à l’Euro depuis quelques années », concède Morgane.

Les deux espèrent, au moins, figurer au classement par équipe (les trois premiers de chaque pays sont comptabilisés), même s’ils se méfient de la concurrence, notamment belge. « Leurs trois meilleurs pilotes sont là », continue-t-elle. Tandis qu’elle remonte son char vers le village, Cédric repart une dernière fois sur le circuit. Casque customisé sur la tête, il veut se mesurer à un autre coéquipier français. Morgane espère une semaine plus agréable que son dernier passage à Bretteville. « J’ai crevé quatre fois en trois courses », raconte-elle.

source Ouest-France – Actualité  du 25/09/2016