Une alternative à l’enrochement pour lutter contre l’érosion marine ?

Face à l’érosion marine qui grignote un peu plus chaque année les côtes, toutes les communes n’ont pas les moyens de recourir à l’enrochement. A Bretteville-sur-Ay, dans le Cotentin, on reconstitue le cordon dunaire à l’aide des haies et des arbustes qui envahissent les plaines dunaires.

« L’enrochement ça coûte très cher. On ne peut pas le faire partout. Il faut bien comprendre que la Manche c’est 350 km de côtes, des côtes sablonneuses il y en a quand même quelques kilomètres, des points bas donc des zones innondables si la mer passe il y en a énormément et il y en a plus que ce qu’on a d’argent pour tout enrocher« , explique Anthony Hannok garde du littoral au Syndicat Mixte Espaces Littoraux de la Manche. Alors faute d’argent, il faut avoir des idées.

Et ces idées peuvent venir de pas très loin, à quelques dizaines de mètres seulement du littoral. Depuis trois ans, à Bretteville-sur-Ay, dans le Cotentin, on utilise des fascines pour reconstituer le cordon dunaire. De simples fagots constitués des arbustes et des haies qui envahissent les prairies dunaires. Le recyclage de la nature pour lutter contre les assauts de cette dernière en somme.

Même s’il est encore un peu tôt pour crier victoire, cette technique, encore expérimentale, semble faire la preuve de son efficacité. En trois ans, elle a permis à la durne de regagner deux mètres sur la mer.

Reportage de Sylvain Rouil et Claude leloche
Intervenants:
– Pierre, élève au lycée agricole de Coutances
– Guy Closet, maire de Bretteville-sur-Ay
– Anthony Hannok, garde du littoral au Syndicat Mixte Espaces Littoraux de la Manche

 

Source : Bretteville-sur-Ay: une alternative à l’enrochement pour lutter contre l’érosion marine ? – France 3 Normandie

Par CM et SR